Où plus rien ne s’envole
Où plus rien ne s’envole
Où plus rien ne s’envole
Où plus rien ne s’envole
Où plus rien ne s’envole
Où plus rien ne s’envole
Où plus rien ne s’envole

Où plus rien ne s’envole

Argentique

Abandonné depuis 2001, l’ancien aéroport d’Athènes offre un paysage désolé, ilôt de dévastation cerné de barbelés où la nature se relève en silence. De hautes tours se souviennent encore du ciel, strient ces vestiges comme une toile constructiviste ici repeinte à l’argentique.

ce
poème en forme de pylône
qui descend du ciel blanc
sur le
bitume
gercé

rien ne
décolle
tout se
décolle

 

vestiges
d’envols
cloués
au sol

un vieux
silence
ennuie
l’horizon

seules
les herbes
barbelées
montent
encore

au ciel

← Retour aux carnets